Avril 2009 - "Moudjahidate" de Alexandra Dols

Le 17 avril 2009 à 19h
à l'AGORA de Nanterre

"Moudjahidate" réalisé par Alexandra Dols


Film de la soirée :




Débat autour du thème "les femmes dans les luttes "




Ce documentaire retrace les engagements de femmes dans la lutte pour l'indépendance de l'Algérie au sein du FLN-ALN (Front de Libération Nationale - Armée de Libération Nationale) à travers des récits de vie d'anciennes combattantes. Elles sont  poseuses de bombe, agents de liaison, infirmières,  soldates au maquis, ou encore dans une solidarité active car « femme de » prisonniers politiques. Toutes ces moudjahidate évoquent également les villageoises, qui assuraient l’hébergement et le ravitaillement des combattants et combattantes…
Les formes d’engagements des femmes sont multiples tout comme leurs « identités sociales ». Alors comment ont-elles commencé à « activer » ? Quels sont leurs rôles et stratégies dans les différents lieux de lutte ? Quels regards portent-elles sur cette période et qu’ont-elles à nous transmettre ? Les témoignages de  Fatma Chebbah Abdelli, Zohra Drif Bitat,  Louisette Ighilariz, Baya Outata Kollé, Baya Laribi Toumia  se tressent avec celui de l’historienne et elle-même ancienne combattante, Danièle Djamila Amrane Minne. Ils rentrent en interaction avec des extraits du court métrage de Rabah Laradji « La Bombe » et « La Bataille d’Alger » de Yacef Saadi.

Alexandra DOLS- Auteur/réalisatrice

Master II Cinéma - Spécialité : Création et Réalisation cinématographique Université Paris VIII - Saint-Denis 2005-2007 : C'est dans ce cadre et au sein de l'association « Hybrid Pulse », qu'elle a écrit, réalisé et produit le film documentaire : « MOUDJAHIDATE » traitant des engagements des femmes dans les luttes pour l'Indépendance de l'Algérie au sein du FLN-ALN, (Front de Libération Nationale - Armée de Libération Nationale).

Le film est basé sur des entretiens avec des anciennes combattantes et des extraits de films. Dans un contexte de déni politique concernant le rôle et le passé colonial de l'Etat Francais, il s'agissait pour la réalisatrice, féministe, de contribuer à l'écriture audiovisuelle de la mémoire des luttes anticolonialistes, en se concentrant sur les engagements des femmes au sein de ce combat.

Parallèlement à ce parcours institutionnel, depuis plusieurs années, elle tend à contribuer à l'écriture audiovisuelle de la mémoire de luttes actuelles et à venir (que ce soit en réalisant des tournés-montés ou en participant à des films collectifs sur des manifestations ou des actions), et surtout réfléchir à faire des images utiles politiquement.

PHOTOS DE LA SOIREE